Le génialissime principe du Batch Cooking

Je batchcooke, tu batchcookes, il-elle-on batchcooke, nous batchcookons … Tout le monde batchcooke. ♣ Le batch cooking, c’est la tendance cuisine responsable et économique du moment. On a commencé à la rentrée, on adore, et je vous explique tout. ♥

Batch Cooking (4)

Bon, dans un premier temps, il faut bien comprendre ce qu’est le « batch cooking », expression barbare américaine qui signifie tout simplement cuisiner par portion (« batch »). Cette technique consiste à ne cuisiner qu’une seule fois dans la semaine des produits et préparations de base, à combiner ensuite au fil des jours pour former des plats équilibrés. Ça paraît ultra simple – peut-être que beaucoup d’entre-vous le pratiquent déjà inconsciemment – mais si on suit la théorie à la lettre, elle en devient révolutionnaire. Plus besoin de passer des heures derrières les fourneaux pour manger des produits frais et faits maison. Et cerise sur la cacahuète, ce principe économique permet de manger plus sainement et surtout de se faire plaisir au quotidien tout en profitant de son temps libre !

Avant de commencer le bilan de ces 3 dernières semaines, je vous conseille un livre de référence qui m’a permis de commencer en toute sérénité : La Révolution Batch Cooking d’Anne Loiseau, Larousse, 2017.

Batch Cooking (6)

La base du Batch Cooking :

Le principe repose donc sur la confection de préparations de base, en une heure top chrono, que l’on peut ensuite assembler au gré de nos envies tout au long de la semaine. Pour des repas équilibrés, on peut partir sur un ensemble de préparations regroupant :

  • Des féculents, céréales et légumineuses
  • Des légumes
  • Des viandes, poissons et œufs
  • Des sauces
  • Des pâtes et pains
  • Des fruits

Chaque préparation est ensuite conservée individuellement, au frais, afin de pouvoir mixer toute la semaine les éléments que l’on souhaite assembler. On peut alors les transformer en un tour de main en différents plats : salades fraîches, gratins, tartes salées, wraps, tartines, pizza … Et varier ainsi les plaisirs à partir des mêmes ingrédients.

Batch Cooking (2)

L’organisation :

  1. L’étape, sans doute la plus complexe, est de planifier à l’avance les besoins pour la semaine. Il faut alors être un peu créatif : penser à une préparation de base, comme la ratatouille par exemple, et réfléchir à toutes les manières dont on peut l’accommoder : avec du riz et de la viande, dans un plat de pâtes, dans un wrap, avec du pain, sur une pizza ou dans une fougasse, dans une quiche … Les idées ne manquent pas, et on a ainsi des repas différents pour toute la semaine.
  2. Il faut ensuite faire ses courses en fonction des besoins et bien lister tous les ingrédients nécessaires. Voir l’exemple ci-dessous.
Préparation de base : La Ratatouille – tomates – courgettes – poivrons – ail – échalote
Lundi  : Rataouille, riz et poulet rôti – Riz – Cuisses de poulet
Mardi : Pâtes à la ratatouille – Pâtes – Gruyère
Mercredi : Omelette à la ratatouille – Œufs – Salade verte
Jeudi : Quiche à la ratatouille – Pâte brisée – Crème Œufs – Gruyère
Vendredi : Wrap à la ratatouille – Wrap – Jambon – Gruyère

Certains ingrédients vont servir à plusieurs préparations (ceux mis en gras), il faut donc bien réfléchir aux quantités nécessaires, selon le nombre de jours et de personnes concernées.

Batch Cooking (4)

La préparation :

Il faut ensuite planifier l’heure du batch cooking. Un moment rien qu’à soi, dans la cuisine, où personne n’aura le droit de nous déranger et où il va falloir jongler entre le four, les planches à découper et les casseroles. Le choix de ce moment est crucial, beaucoup s’y attellent le dimanche, chez moi c’est le jeudi (journée off au boulot). L’idéal est de bien notifier et planifier chaque préparation, selon le temps de découpe, de cuisson etc. Il faut aussi bien réfléchir aux appareils électroménagers nécessaires qui vont fonctionner en même temps

Pour reprendre l’exemple de la ratatouille. Voici comment je procéderais :

  1. Allumer le four. 180° C.
  2. Laver, éplucher tous les légumes.
  3. Lancer la cuisson de la ratatouille (l’idéal est la cuisson au four qui vous laisse les mains libres : 25 minutes).
  4. Faire bouillir de l’eau dans deux casseroles et démarrer la cuisson des pâtes et du riz.
  5. Préparer le poulet, le saisir à feu vif dans une casserole quelques secondes et le placer dans un plat à gratin.
  6. Sortir la ratatouille du four et lancer la cuisson du poulet : 25 minutes. Vous pouvez même la commencer avant la fin de la cuisson de la ratatouille, si la capacité de votre four le permet.
  7. Préparer la pâte brisée qui sera ensuite congelée crue jusqu’au mercredi soir. Il n’y aura alors plus qu’à l’étaler, la garnir et la mettre au four au moment du repas du jeudi.

Batch Cooking (1)

La conservation et l’hygiène :

C’est là, la règle la plus importante du Batch Cooking. Étant donné que l’on prépare en une fois toutes les préparations d’une semaine, il faut être très scrupuleux pour éviter tout risque d’intoxication alimentaire.

Voici quelques conseils de précaution :

  • Utiliser des boîtes de conservation hermétiques en verre (évitez au maximum le plastique pour des raisons écologiques évidentes mais aussi de santé et d’hygiène).
  • Bien laver et sécher les boîtes de conservation avant de les remplir.
  • Utiliser des ustensiles de cuisine et des couteaux propres.
  • Nettoyer régulièrement le réfrigérateur pour éviter la prolifération de bactéries (1 fois par mois au minimum).
  • Faire attention au temps de conservation de chaque aliment. Le riz par exemple, ne se conserve que 2 à 3 jours maximum – ce que peu de gens savent. Il faudra sans doute congeler une partie des préparations pour remplir les 5 jours de repas.
  • Bien respecter toutes les règles de décongélation. Ne jamais recongeler un produit décongelé.

Mon expérience :

Cela fait 3 semaines que nous nous y sommes mis et je dois dire que c’est un gain de temps incroyable. Pour le moment je ne planifie nos repas que sur 3 jours (car avec le blog, je suis amenée à cuisiner un peu plus). La première semaine j’ai pris mon curry de lentilles et légumes comme préparation de base, la deuxième la ratatouille au four, et la troisième une purée de légumes dont vous retrouverez la recette bientôt (je n’ai pas encore eu le temps de la poster).

La technique du Batch cooking nous sert surtout pour les repas de midi, car Max et moi apportons systématiquement nos lunch boxes au travail. C’est un super moyen pour manger équilibré toute la semaine. Alors c’est vrai que nous ne sommes que deux et non une famille nombreuse. C’est sans doute plus simple qu’avec 3 enfants. Cependant, d’après le livre que je vous conseillais plus haut, la technique peut s’adapter à tous les ménages et à toutes les bourses. Je vous conseille vraiment de vous y plonger, c’est passionnant. Je pense que l’idéal pour les familles, c’est surtout de batch cooker pour les repas du soir, afin d’avoir le temps de profiter des moments à plusieurs (pour les devoirs mais aussi les loisirs et les jeux), et éviter de répondre à l’horrible question : « qu’est-ce qu’on mange ce soir ? ». Mettre tout le monde à contribution pendant l’heure hebdomadaire de préparation, peut également être un gain de temps et un moment ludique.

Batch Cooking (7)

Ce qui me plaît également dans cette nouvelle habitude, c’est le fait de « portionner » les repas, je trouve qu’on évite ainsi les excès et le gaspillage. Et ça n’empêche pas une petite gourmandise suplémentaire de temps en temps. J’apporte avec moi au boulot des produits frais : avocats, crudités, graines … que je peux également ajouter à mon plat. J’ai aussi testé de « batch-cooker » les desserts de la semaine. J’ai par exemple préparé la semaine dernière un grand bol de compote de quetsches que j’ai ensuite individualisé dans de petits pots. Je les emporte avec moi au boulot, tantôt accommodés de fromage blanc, d’autre fois avec des fruits frais ou un petit biscuit. C’est sain et gourmand.

Économiquement parlant, j’aime l’idée de bien planifier à l’avance les repas. On n’achète plus n’importe quoi, sur un coup de tête, ce qui permet aussi de se tourner davantage vers des produits bio et de qualité. Pour les pâtes, et tous les produits secs, je les achète en épicerie en vrac chez Day by Day, les viandes au marché des producteurs ou chez Hop’la. Bref, je crois que le batch cooking a tout bon. Je vous en reparlerai souvent car on n’a pas fini d’en profiter … Et puis, j’ai un peu plus de temps pour écrire maintenant que je ne passe plus tout mon temps libre en cuisine. ;)

N’hesitez pas à me faire part de votre expérience et de vos techniques pour gagner du temps sur les repas. Vos questions sont également les bienvenues en commentaires.

Bonne journée à tous ! ♥

Batch Cooking (5)

3 commentaires

  1. Je suis déjà une adepte des menus pour la semaine pour les raisons que tu cites mais je ne fais pas tellement de batch cooking. Ça pourrait parfois m’être utile car parfois j’opte pour un repas facile et rapide mais qui pourrait avoir une alternative plus saine et qui réduirait mes déchets. Merci pour cet article!

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s