Escapade gourmande à Rhodes

De retour de voyage, je vous propose aujourd’hui un petit post consacré à l’île de Rhodes et surtout à sa cuisine qui n’ont maintenant plus de secrets pour nous. Je vous y donne aussi des petits trucs qui nous ont servi à bien préparer notre voyage, profiter des richesses de l’île au meilleur prix et SURTOUT éviter les hordes de touristes. 

rhodes1Mais tout d’abord, un peu d’histoire et de géographie (avec moi vous n’y échapperez jamais ♥). Rhodes est une île grecque située au sud ouest de la Turquie et donc au cœur d’un carrefour géographique et culturel (supposé) entre Orient et Occident. Son climat est typiquement méditerranéen et donc très aride en été. Le ciel est bleu, la mer est chaude (25° C en moyenne) et les températures descendent rarement sous 20° C en hiver. Le relief est montagneux au centre et l’essentiel des villes et des aménagements se situent sur les côtes du nord de l’île. Le sud est beaucoup plus rural et désert.

DSC_1782

Connue pour ses vestiges greco-romains et marquée par le mythe de son fameux Colosse, une statue gigantesque qui aurait gardé le port de la ville de Rhodes dans l’Antiquité et considérée comme l’une des 7 merveilles du monde, elle a aussi joué un grand rôle dans les Croisades avec la présence des chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui ont fortifié sa capitale et construit un gigantesque hôpital.

Son histoire est donc extrêmement riche et marquée par les invasions. De grecque à romaine dans l’Antiquité, elle fut chrétienne, byzantine puis ottomane au Moyen Âge. Elle a également connu une courte période italienne – mais qui a laissé des traces – sous Mussolini, avant de passer aux mains des Nazis jusqu’en 1945. Après la Seconde Guerre mondiale elle redevint grecque et entra dans l’UE en 1981. Cette histoire a évidemment eu une influence très grande sur l’architecture (la vieille-ville de Rhodes est aujourd’hui classée au Patrimoine mondial de l’Unesco), mais aussi et surtout sur sa cuisine.

La cuisine à Rhodes est avant tout grecque. Feta, huile d’olive, tomates bien mûres, concombres, aubergines rôties se retrouvent sur toutes les tables. Les grillades de viande (soulvakia), parfois sous formes de brochettes, ou de poisson frais (ultra frais !) forment la base de l’alimentation. C’est une cuisine généreuse, souvent très simple mais goûteuse. S’y ajoute une forte influence orientale avec la présence sur les cartes de mezze (petits plats chauds ou froids à partager) d’inspiration libanaise ou turque. Tzatziki, houmous, calamars frits, boulettes de fromage, boulettes de viande, poivrons marinés ou feuilles de vigne farcies sont servis généreusement et à petit prix ! Enfin, le gyros, une pita roulée et garnie de viande rôtie façon kebabs est vraiment la spécialité du pays. Il est accompagné de frites, parfois de falafels, de crudités et de sauce au yaourt. Pour accompagner le tout, les bières locales sont douces, légères et très rafraîchissantes (la Mythos ou la Alpha) et ont un prix qui défit toute concurrence – 3 euros la pinte ! Les vins locaux (une préférence pour le blanc ou le médium) pourront aussi vous plaire, ainsi que la traditionnelle retsina (un vin aromatisé à la résine de pin), lorsqu’elle est servie bien fraîche. Les Rhodaniens sont également des spécialistes de l’expresso ou du café frappé, et pour le digestif on ne saura trop vous conseiller de tester l’ouzo (alcool anisé local). Bref ils savent bien vivre ces Grecs !

Par ailleurs, les Grecs se rendent au restaurant avant tout pour partager un bon moment en famille ou entre amis – bien plus, finalement, que pour l’expérience gastronomique en tant que telle. La déco des tavernes est souvent rudimentaire ou traditionnelle, particulièrement kitsch, et les restaurateurs n’ont aucune gêne à vous servir sur des nappes en papier ou des toiles cirées aux motifs dépassés. Mais c’est exactement tout ce qui fait le charme de cette île : le retour à une cuisine simple, goûteuse, généreuse et familiale. Les bons plats mijotés de la mamá sauront réjouir vos petits cœurs affamés et la douceur d’une pinte de bière au bord de l’eau vous procurera un plaisir infini.

Enfin, il faut toutefois préciser que l’économie rhodanienne se base essentiellement sur les revenus du tourisme. Les touristes affluent par millions chaque année pour profiter d’un ciel (plus que) bleu et de l’eau turquoise des plages. Les hôtels clubs ont d’ailleurs pullulé sur les côtes et gâchent parfois le paysage … La crise a également joué son rôle puisque beaucoup de constructions sont aujourd’hui – et resteront probablement – inachevées, ce qui fait que l’on croise de nombreux complexes hôteliers fantômes et à l’abandon. C’est très étrange. Cependant, ce tourisme de masse se concentre essentiellement dans le nord de l’Île, autour de Rhodes-ville et dans les grands hôtels clubs (soit ponctuellement sur les côtes). Et la plupart du temps, personne n’en sort !

On vous conseille donc de loger plus au sud de l’île où vous trouverez la tranquillité, ou bien à Rhodes-même (là où se trouvent les vrais Rhodaniens et où vous trouverez des activités nocturnes). Il faut également se munir d’un bon guide (le Routard nous a été d’une grande utilité, on n’arrive plus à s’en passer) et louer une voiture (ou un scooter, mais attention aux chauffards) dès le début du séjour pour pouvoir arpenter les routes montagneuses et découvrir ses secrets. Le tour de l’île se fait en 4h30 environ, donc on peut tout visiter à partir d’un même point. Grâce au guide et un peu d’observation et de ruse, nous avons pu fuir les grandes plages touristiques trop aménagées pour trouver les plus jolies criques de l’île. Certaines sont en sable, d’autres en gravier (mais assez fin) et l’eau est toujours d’une clarté hallucinante. On ne saurait trop vous conseiller une escale sur l’île paradisiaque d’Halki (départ en bateau depuis Rhodes et Kamiros Scala), l’une des plus belles journées de nos vacances. Enfin, si vous optez pour une option hôtel « all inclusive », ce qui est malheureusement très souvent proposé sur la côte, faites bien attention aux avis sur les menus et la restauration. Il est vrai que cette option peut s’avérer très économique si l’on ne souhaite pas manger au restaurant midi et soir, cependant on peut vite avoir des surprises. C’est pourtant l’option que nous avons choisie. Nous logions au Mitsisis Rhodos Village à Kiotari, un immense hôtel club (comme je les déteste habituellement) mais dans lequel nous disposions de notre propre bungalow. Les prix y étaient intéressants (nous avons profité d’une offre du site Voyage Privé). Et puis, il faut dire que les petits hôtels familiaux sont peu nombreux sur l’île et font vite grimper le budget. Je dois quand même reconnaître après coup que les buffets étaient plutôt bons, les installations modernes et efficaces et l’hôtel très bien situé pour pouvoir facilement s’en échapper (oui c’est paradoxal, mais quand on n’aime pas, on n’aime pas) et fuir les animations musicales de la piscine pendant la journée … Il est situé sur la côte sud-est de l’île, et donc dans une zone peu marquée par le tourisme de masse – un critère plus qu’indispensable pour nous. On retrouvait donc très vite le calme et la sérénité propres à cet endroit du monde, et tout redevenait parfait.

Sur ces belles paroles, j’en reviens aux adresses qui, elles, nous ont beaucoup plu :

  • Fish Restaurant à Plimmiri : Tout au Sud de l’Île, une petite taverne spécialisée dans les produits de la mer. On choisit son poisson ou ses crustacés directement au comptoir, les prix sont au poids, et c’est le chef qui décide en direct de la manière dont il va le cuisiner … Une pure merveille !
  •  Johnny’s Grill Taverna à Ataviros : Sur la côte ouest, une petite taverne au bord d’une crique magnifique fréquentée uniquement par les locaux. Au menu, des plats traditionnels grecs servis généreusement et la terrasse offre une vue magnifique.
  • Mandala : Dans la vielle-ville de Rhodes, au cœur des remparts : petit bar-restaurant hippie et magnifiquement décoré qui propose de petits plats maison, bio, vegan. L’accueil est extrêmement sympathique et l’ambiance décontractée.
  • Yiannis Restaurant : Une taverne familiale au centre de Rhodes qui ne paye vraiment pas de mine mais où les plats sont cuisinés avec amour, généreusement servis et succulents.
  • Art falafel George & Maria : Une taverne greco-égyptienne proche de la mer et située dans la nouvelle ville de Rhodes. On y a dégusté les meilleurs gyros de notre voyage ! Ça vaut le détour ! L’accueil est très sympathique et le patron un poil dragueur. ^^
  • Minos pension dans la vielle-ville de Rhodes : Si vous en avez l’occasion, passez au moins une nuit à Rhodes-ville pour en prendre toute la mesure. Cette petite pension familiale au cœur des remparts dispose d’un roof-top qui offre la meilleur vue sur la ville. L’accueil y est très sympatrique et les prix raisonnables. On y a passé une nuit, et ça nous a beaucoup plu.

Voilà, c’est déjà pas mal, il y aurait tant de choses à ajouter … Mais j’espère que vous les découvrirez par vous-mêmes.

 En espérant que ce petit post vous a plu. Ce qu’on peut vous affirmer, c’est que le retour à Paris et ses 14° C a été très rude ! Heureusement que la chaleur est revenue depuis …

Quelques dernières photos pour finir, et des bises ! ♥ On y retournerait bien …

11 commentaires

  1. Yiannis Restaurant ! J’avais mangé dans ce resto à Rhodes et j’avais adoré (en 2013 !). Comme tu dis, il ne paie vraiment pas de mine mais alors qu’est-ce qu’on avait bien mangé (et pour par cher). Moi j’avais utilisé le guide du petit futé et j’avais vraiment été surprise par les adresses proposées qui n’étaient pas du tout des attrapes touristes ^^

    Sinon quel bel article et quelles belles photos, ça me rappelle plein de souvenirs :) J’avais adoré ces vacances et l’île est vraiment belle (comme tu dis, les complexes abandonnés ça fait tout drôle quand même). Et qu’est-ce qu’on y mange bien décidément !

    1. Oooooh merci de partager ton expérience ! Je suis ravie de lire que mon article te rappelle de bons souvenirs. Et aussi très heureuse d’apprendre qu’on a aimé les mêmes adresses. Ça ne donne qu’une envie, de repartir … :)

  2. Quel beau séjour et magnifiques photos! Découverte de la Crète l’année dernière, mais là, ça donne envie aussi…

    1. Oui c’est un peu du même genre que la Crète qu’on a aussi adoré ! A une semaine de la rentrée, j’y retournerais bien …. ;)

  3. Super article, nous sommes en train de préparer notre voyage, je lis une tonne d’articles et peu son de qualité comme celui-ci. Merci

Commentez cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s